Tout sur l'énergie à Bruxelles. Une initiative de Sibelga
fr menu
Logo energuide

Qu’est-ce que le marché de flexibilité et qui peut y participer ?

Mise à jour le 24 janvier 2020

À tout moment, la quantité d’électricité injectée sur le réseau électrique doit être égale à la quantité d’électricité consommée. L’équilibre du réseau est une contrainte physique.
Préserver cet équilibre devient de plus en plus complexe pour toute une série de raisons :

  • essor des énergies renouvelables dont la production dépend des conditions climatiques ;
  • évolution de nos modes de consommation ;
  • problématiques structurelles (mises à l’arrêt des centrales nucléaires, pénurie d’électricité…).

Le marché de la flexibilité est un moyen, parmi d’autres, pour maintenir l’équilibre sur le réseau d’électricité.

Le marché de la flexibilité aujourd’hui : pour les entreprises raccordées à la haute tension

Organisé par Elia, le gestionnaire belge du réseau de transport d’électricité, le marché de la flexibilité s’adresse aux gros consommateurs d’électricité, c’est-à-dire, aux entreprises ou par exemple à des hôpitaux raccordés au réseau haute tension. Les propriétaires d’unité de production (unité de cogénération liée à une entreprise par exemple) peuvent également y participer.

Concrètement, ces entreprises s’engagent, en échange d’une compensation financière, à réguler leur utilisation du réseau d’électricité selon les besoins du réseau. Par exemple, ils peuvent mettre temporairement à l’arrêt certains processus industriels gourmands en électricité si la demande est trop haute par rapport à l’électricité disponible.

Généralement, ces entreprises passent par des agrégateurs qu’on appelle Flexibility Service Provider : des sociétés spécialisées qui regroupent un portefeuille de clients qui acceptent de livrer ce service de flexibilité. Ce sont ces agrégateurs qui jouent le rôle d’intermédiaire entre Elia et leurs clients.

Sur le réseau de distribution bruxellois, tout est sous contrôle

À un niveau plus local, les écarts entre production et demande d’électricité peuvent provoquer des congestions. On parle de congestion lorsque le réseau atteint certaines limites techniques. Par exemple, s’il y a trop de puissance ou si la tension est trop élevée.

Ces situations peuvent endommager les installations. C’est pourquoi des systèmes automatiques permettent de déconnecter les éléments du réseau lorsque les limites sont atteintes (comme vos disjoncteurs à la maison). Lorsque ces pics ne surviennent que très rarement, cela ne pose pas de problème. Mais imaginez si cela arrivait tous les jours !

À l’heure actuelle, les problèmes de congestion sont limités à Bruxelles, malgré l’essor du renouvelable, pour différentes raisons :

  • Le solaire, moins répandu en ville, est assez dispersé dans la capitale par rapport à certains quartiers en Flandre ou en Wallonie dans lesquels chaque maison est équipée de panneaux photovoltaïques.
  • Les bornes de recharge pour véhicules électriques sont encore rares.
  • Les pompes à chaleur sont plus difficiles à installer en ville.

Mais ce n’est qu’une question de temps avant que la situation n’évolue.

Comment les particuliers pourraient-ils participer à la flexibilité ?

On peut imaginer différents moyens d’impliquer les particuliers dans la flexibilité du réseau. Leur développement va de pair avec l'évolution du réseau et l’avènement attendu des compteurs intelligents.

De manière implicite via des incitants

Ce moyen d’action est déjà en train de se mettre en place. Il s’agit d’inciter les consommateurs à adapter leur utilisation de l’électricité. Par exemple :

  • en mettant un terme au système de compensation pour les panneaux photovoltaïques pour inciter les propriétaires de panneaux à consommer l’électricité au moment où ils la produisent plutôt que de la réinjecter sur le réseau ;
  • en mettant en place des systèmes comme l’autoconsommation collective ;
  • en imaginant de nouvelles manières de facturer l’électricité. Par exemple, en appliquant des tarifs variables selon la quantité d'énergie disponible sur le réseau (l'électricité serait moins chère lorsque les éoliennes tournent à plein régime), mais aussi selon la puissance maximale qu’un client souhaite pouvoir prélever sur le réseau (surtout pour les clients professionnels).

De manière explicite

À plus long terme, il s’agira par exemple de pouvoir limiter ou désactiver à distance la recharge de véhicules électriques au moment où on détecte de la congestion sur le réseau.

Ne ratez pas nos nouvelles questions

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque mois des infos pratiques sur l'énergie.

C’est promis, nous utiliserons votre adresse e-mail exclusivement pour vous envoyer notre newsletter ! Lisez-en plus dans notre politique de la vie privée.

Vous trouvez cet article intéressant ?
Comment améliorer cet article ?

C’est promis, nous utiliserons votre adresse e-mail exclusivement pour vous envoyer notre newsletter ! Lisez-en plus dans notre politique de la vie privée.

Conseils pour économiser de l'énergie!

C’est promis, nous utiliserons votre adresse e-mail exclusivement pour vous envoyer notre newsletter ! Lisez-en plus dans notre politique de la vie privée.