Tout sur l'énergie à Bruxelles. Une initiative de Sibelga
fr menu
Logo energuide

Quels sont les avantages et les inconvénients d'un poêle à pellets ?

Mise à jour le 8 février 2021

Neutre en CO2, automatique, plus pratique à utiliser qu’un poêle à bois, peu polluant en particules fines, le poêle à pellets a connu un succès mérité. Mais la crise sanitaire l’a rendu moins compétitif, peut-être temporairement.

Avant d’en considérer l’achat, sachez également que se chauffer aux pellets présente quelques contraintes.

Quels sont les avantages du poêle à pellets ?

Économique, à condition de l’utiliser comme chauffage d’appoint

Le poêle à pellets est idéal comme appoint entre saisons. En cela il reste économique (même si le pellet est devenu plus cher que les autres énergies), car le poêle évite de relancer le chauffage central en début d’hiver et permet de l’arrêter plus tôt en fin de saison de chauffe.

Il permet aussi de soulager le fonctionnement du chauffage central en saison froide.

Si le poêle fonctionne quelques heures par jour entre octobre et avril, cela vous coûtera de 150 à 200 € par an de pellets et d’électricité, et jusqu’à 300 € pour une utilisation plus intensive. Mais le chauffage uniquement aux pellets n’est plus compétitif depuis la chute du prix des énergies liée à la crise sanitaire.

Combustible économique

Les prix des pellets est remarquablement stable depuis une décennie, alors que toutes les autres énergies fluctuent fortement en fonction du marché.

Un sac de pellets de 15 kg acheté à l’unité en grande surface et emporté coûte à peu près 4,5 € TVAC depuis des années, soit entre 0,30 et 0,36 € par kilo. Acheté à la tonne ou à la palette de 64 à 102 sacs, il est proposé à des prix entre 0,26 à 0,30 € le kilo. Certaines entreprises livrent gratuitement.

Par rapport aux autres combustibles, le prix des pellets est resté longtemps plus intéressant. Mais avec la crise sanitaire, le prix des énergies classiques s’est effondré et le kWh de pellets est devenu plus cher que le kWh de gaz ou de mazout. 
Deux tonnes de pellets contiennent autant d’énergie qu’environ 1 tonne de mazout ou 1 m3 de gaz. En poids, on consomme donc le double. 

Facile d’utilisation

Oubliez le papier, le bois d’allumage et les allumettes : tous les poêles à pellets s’allument électriquement. Tous les modèles ont au minimum un thermostat, donc s’éteignent et se rallument automatiquement. Certains modèles ont également des fonctions avancées : programmation, commande à distance, pilotage par smartphone/internet…

Excellent rendement

Le rendement d'un poêle à pellets de qualité peut dépasser 90 %. Donc seuls 10 % de l’énergie contenue dans les pellets sont perdus dans la cheminée. Ceci est :

  • plus qu'un foyer à bois classique, dont le rendement n’est que de 40 à 50 % (pour les poêles à haut rendement récents s'établit entre 60 et 80 %)
  • et plus encore qu’une cheminée ouverte dont le rendement tombe entre 5 et 15 %.

Pas besoin d’une cheminée traditionnelle

Pas besoin de cheminée avec un bon « tirage » pour le poêle à pellets : les fumées sont rejetées à l’extérieur par la ventilation forcée via un tube de 80 à 120 mm, placé verticalement ou horizontalement et pouvant même comporter un coude. Le poêle s’installe donc n’importe où ou presque, contre ou à proximité d’un mur extérieur et d’une prise de courant ou sous un plafond.

Le poêle à pellets consomme soit l’air du local, soit celui de l’extérieur sur les modèles qui comportent un double tube d’évacuation et d’aspiration ou une arrivée d’air extérieur séparée.

Peu d’émission de particules fines

Les poêles à pellets émettent peu de particules fines comme le montre cette comparaison des émissions moyennes de particules PM10 en grammes par gigajoules (g/GJ) :

Feu ouvert  840 g/GJ
Poêle à bois installé avant 2000  760 g/GJ
Poêle à charbon ancien  450 g/GJ
Poêle à bois installé entre 2000 et 2014  380 g/GJ
Poêle à charbon moderne  240 g/GJ
Poêle à bois installé après 2014 95 g/GJ
Poêle de masse  95 g/GJ
Poêle à pellets  60 g/GJ
Chauffage au mazout  1,9 g/GJ
Chauffage au gaz naturel  1,2 g/GJ

Ceci n’est qu’une moyenne car d’après Test-Achats, certains (bons) appareils font 200 fois mieux que la norme belge actuelle et aucune émission de particules ne peut y être détectée ! D’autres font évidemment moins bien…

Bilan carbone neutre

Les pellets sont fabriqués avec de la sciure provenant de la transformation de l’industrie du bois (meubles, palettes, bois d’œuvre, etc.).
Pour l’atmosphère, le bilan carbone d’un poêle à pellets est neutre : le carbone rejeté lors de la combustion est équivalent à celui absorbé par l’arbre durant sa croissance.

  • Les pellets de qualité répondent à des normes de qualité et environnementales : les plus importantes sont DIN+ et EN+.
  • Pour pouvoir être vendus en Belgique, ils doivent aussi répondre à un Arrêté royal en ce qui concerne notamment leur qualité, leur absence de produits chimiques, leur capacité calorifique, etc.
Les produits ne répondant pas aux normes DIN+ et EN+. produisent moins de chaleur, causent des problèmes dans les appareils (davantage de cendres, vitrification des cendres, poussières qui encrassent…) et ne proviennent pas de forêts gérées durablement (labels PEFC et FSC).

Quels sont les inconvénients du poêle à pellets ?

Moins de charme qu’un poêle à bois traditionnel

Sur le plan du charme visuel, l'aspect des flammes « soufflées » d'un poêle à pellets n'est pas comparable à celui d'un poêle à bois. Sauf sur les modèles à convection naturelle.

Les sacs à pellets sont lourds et prennent de la place

Il faut faire le plein de la réserve de pellets au moyen de sacs de 15 kg. On en trouve aussi de 10 kg. La manutention répétée de ces sacs n’est pas toujours facile, surtout si on n’habite pas au rez-de-chaussée. Un poêle à pellets peut contenir de 1,5 à 4 sacs.

Sa consommation dépendra de :

  • la taille et l’isolation du local à chauffer
  • du temps de chauffe 
  • de la température désirée.

La réserve incorporée donne une autonomie d'environ 12 heures à pleine puissance et 36 heures à un tiers de la puissance. Il faut disposer d’un peu de place pour stocker quelques sacs d’avance. Les pellets doivent être stockés dans un local sec.

Ne fonctionne pas sans électricité

Le poêle ne peut pas fonctionner sans électricité pour faire fonctionner le système d’allumage automatique, la vis d’alimentation en pellets, la ventilation et la régulation électronique.

Doit être entretenu :

  • Tous les 2 jours : nettoyer le brûleur d’un coup de brosse
  • Entre 2 jours et 2 semaines : vider le cendrier
  • Toutes les 2 semaines : nettoyer l’échangeur de chaleur
  • Tous les ans : entretien annuel approfondi de préférence par un professionnel. Il faut prévoir déplacer le poêle pour accéder à la cheminée.

Peut être bruyant

Un bon appareil « très silencieux » ne dépasse pas 32 décibels (c’est moins qu’un frigo).
Un appareil de bas de gamme émet 49 dB, ce qui n’est pas supportable dans une pièce de séjour…

Le bruit de fonctionnement du poêle provient :

  1. de la vis d’alimentation qui tourne soit en permanence (quasi inaudible), soit par intermittence (écarts de quelques secondes).
  2. du ventilateur, qui est particulièrement bruyant au moment du démarrage.

Les appareils puissants sont plus bruyants mais ceux de haut de gamme sont équipés de systèmes qui diminuent le bruit de la vis d’alimentation et de la soufflerie. Ils peuvent donc se retrouver bien classés dans le tableau ci-dessous.

Échelle subjective du bruit (dB) émis par un poêle à pellets :

32 à 36 dB         Très silencieux (poêles ventilés de faible puissance, en régime, et poêles à convection naturelle)
40 à 42 dB Acceptable
44 à 46 dB  Supportable une heure
46 à 49 dB Supportable moins d’1 heure
 > 49 dB Supportable très temporairement

NB : le bruit est doublé chaque fois que le nombre de décibels augmente de 3 points.

Combien ça coûte ?

Pour le poêle : entre 700 € et 8 000 €

Il faut compter entre 700 € en grande surface pour un petit modèle d’entrée de gamme en acier et plus de 8 000 € pour les modèles puissants, en fonte, céramique, et disposants de fonctionnalités avancées.

Pour l’installation : à partir de 250 €

En plus de l’achat de votre poêle, il faut compter le coût de l’installation, à faire réaliser de préférence par un professionnel. Comptez de 250 à 500 €, pour un poêle et bien plus encore pour un poêle-chaudière ou pulsant l’air chaud à distance. Passer par un professionnel pour l’achat permet de bénéficier de 6 % de TVA si l’habitation répond aux conditions.

Quels sont les modèles disponibles ?

Il existe de nombreux modèles de poêles à pellets sur le marché.

Pour chauffer une pièce ou plusieurs

Les modèles simples chauffent juste le local où ils sont placés. D’autres offrent la possibilité de pulser de l’air chaud dans un local voisin. Certains modèles sont carrément des mini-chaudières capables d’alimenter quelques radiateurs en eau chaude.

En version « insert de cheminée », à suspendre, extra-plats…

Différents looks sont proposés. Les modèles extra-plats vont jusqu’à minimum 25 cm.

Avec ou sans accumulateur de chaleur

Certains modèles sont équipés d’un accumulateur de chaleur en pierre ou en céramique pour un chauffage passif de plus longue durée.

Pour pellets et bûches

Certains modèles sont convertibles et peuvent aussi accepter du bois en bûches.

À convection naturelle

Parmi les modèles récents, on trouve des poêles à convection naturelle. Ils n’ont donc pas de soufflerie, leur flamme est plus naturelle d’aspect, ils sont très silencieux, consomment moins d’électricité. Néanmoins, ils doivent idéalement être installés en position centrale et non contre un mur. Ceci afin de rayonner dans toutes les directions et mieux brasser l’air de tout le local de façon naturelle et non plus forcée.

Quelle puissance choisir ?

On considère que 1 kW de puissance de chauffe est nécessaire pour 20 m³ d’espace soit environ 8 m² de surface au sol pour une hauteur sous plafond normale.

  • Les appareils destinés à chauffer un seul local ont une puissance maximale de 8 à 10 kW. C’est la puissance nécessaire au démarrage pour réchauffer rapidement une pièce froide. L’appareil fonctionne ensuite à plus faible régime.
  • Les appareils qui chauffent plusieurs pièces par air chaud ou radiateurs à eau ont une puissance de 10 à 20 kW.

Ne ratez pas nos nouvelles questions

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque mois des infos pratiques sur l'énergie.

C’est promis, nous utiliserons votre adresse e-mail exclusivement pour vous envoyer notre newsletter ! Lisez-en plus dans notre politique de la vie privée.

Vous trouvez cet article intéressant ?
Comment améliorer cet article ?

C’est promis, nous utiliserons votre adresse e-mail exclusivement pour vous envoyer notre newsletter ! Lisez-en plus dans notre politique de la vie privée.

Conseils pour économiser de l'énergie!

C’est promis, nous utiliserons votre adresse e-mail exclusivement pour vous envoyer notre newsletter ! Lisez-en plus dans notre politique de la vie privée.