Tout sur l'énergie à Bruxelles. Une initiative de Sibelga
fr menu
Logo energuide

Obligatoire, le contrôle de ma chaudière ?

Oui, à Bruxelles comme dans les deux autres Régions du pays, le contrôle périodique des chaudières est obligatoire, quel que soit le combustible.

La fréquence

  • Combustibles solides (pellets, bois, charbon) : une fois par an
  • Combustibles liquides (mazout, huile) : une fois par an
  • Combustibles gazeux (gaz naturel, butane, propane) : tous les 2 ans 

En pratique, pour les particuliers bruxellois, ce sont surtout le gaz naturel et le mazout qui sont concernés.

Attention, sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale il existe une autre obligation spécifique : si la chaudière a plus de 15 ans (voyez l’année de fabrication sur la plaque d'identification) son propriétaire doit faire réaliser un diagnostic par un professionnel. Celui-ci doit être agréé par Bruxelles Environnement.

Pour être valable, le contrôle doit être réalisé par un professionnel agréé

Pour la chaudière au gaz, les techniciens doivent être agréés Cerga. Pour le mazout, les techniciens doivent être agréés par la Région pour les combustibles liquides. Vous les trouverez ici :

Voyez aussi :

Votre fournisseur d’énergie peut aussi s’en charger : certains fournisseurs de gaz et d’électricité proposent désormais des services. Par exemple des travaux d’isolation, une analyse de la consommation ou encore les réparations et le contrôle de votre chaudière. L’avantage est que le paiement est mensualisé. Et vous ne devez plus penser vous-même à prendre rendez-vous. Voyez sur le site web de votre fournisseur actuel si ce service est disponible.

Le technicien doit vous remettre une attestation de contrôle et vous devez la conserver pendant 2 ans.

Conseil : prenez rendez-vous pendant l'été. Les professionnels sont plus disponibles et votre chauffage est à l’arrêt.

Contrôle ou entretien ?

Les deux vont ensemble : le contrôle est obligatoire et l’entretien ne l’est pas. Pourtant il est fort recommandé par les fabricants pour assurer une longue durée de vie à l’appareil et un fonctionnement sans panne.

Mais il est évident que le technicien qui détecte une anomalie, une usure, une panne ou un encrassement, ne va pas laisser votre chaudière en l’état. Il va s’occuper de la réparation, du nettoyage, du réglage et du ramonage. C’est pourquoi, en pratique, contrôle et entretien ont lieu en même temps. D’ailleurs la plupart du temps, on parle de « l’entretien obligatoire » alors que le terme exact est « contrôle obligatoire ».

Que coûte un contrôle ?

  • Pour le gaz, 110 à 125 € TVAC plus éventuellement le déplacement.
    Le technicien doit contrôler et régler le brûleur, contrôler la cheminée et son tirage (mais pas la ramoner), vérifier la pression, etc. Un contrôle avec entretien dure de 1h30 à 2h30 selon l’état de la chaudière.
  • Pour le mazout, comptez 150 à 185 € TVAC.
    Le contrôle et entretien comprend un ramonage de la cheminée et un remplacement de gicleur. Le technicien doit aussi contrôler et régler le brûleur, nettoyer la chaudière

Le prix peut augmenter s’il faut remplacer une pièce. Les frais d’entretien sont à charge du locataire.

Contrôle oublié, amendes et surconsommation à la clé…

  • En cas de vérification, vous risquez une amende.
  • C’est votre chaudière qui vous fera payer l’addition avant tout : 5 à 12 % de rendement en moins et une usure plus rapide.
  • En cas d’incendie, l’assurance vérifiera si vous avez fait le contrôle. Dans le cas contraire elle diminuera son intervention.

Ne ratez pas nos nouvelles questions

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque mois des infos pratiques sur l'énergie.

C’est promis, nous utiliserons votre adresse e-mail exclusivement pour vous envoyer notre newsletter ! Lisez-en plus dans notre politique de la vie privée.

Conseils pour économiser de l'énergie!

C’est promis, nous utiliserons votre adresse e-mail exclusivement pour vous envoyer notre newsletter ! Lisez-en plus dans notre politique de la vie privée.