Tout sur l'énergie à Bruxelles. Une initiative de Sibelga
fr menu
Logo energuide

Que faut-il savoir de l'isolation ?

  •  L’isolation marche dans les deux sens : bien isolé, un bâtiment est plus confortable en toutes saisons, plus chaud en hiver et plus frais en été. Il est donc plus économique en chauffage et en climatisation.
  • On n’isole jamais assez. Pour vos travaux d’isolation, voyez grand : au moins 20 cm d’épaisseur (laine de verre ou équivalent en panneaux rigides) et même plus si le budget et la disposition des lieux le permettent. 
  • « Isolation » rime toujours avec « ventilation ». Plus un bâtiment est isolé, plus sa ventilation doit être performante. Faute de quoi, il devient malsain et se dégrade à cause de l’humidité qui s’y accumule.

Isoler doit être la priorité

Le parc immobilier belge est l’un des plus mal isolés d’Europe. En moyenne, nos maisons sont isolées comme le sont les logements du Portugal. Dans les pays scandinaves, le budget chauffage des ménages est nettement inférieur à celui des ménages belges. Il y a donc beaucoup à faire en ce domaine dans notre pays.

Isolation

Quelle épaisseur d’isolant installer ? Le plus possible. Chaque euro dépensé pour ajouter un couche d’isolation se rembourse et ensuite rapporte en économies d’énergie de chauffage. Dans les maisons passives, on va jusqu’à 40 centimètres. Ces maisons n’ont plus besoin d’être équipées d’installation de chauffage.

On peut comparer les matériaux au moyen de leur « lambda » ou coefficient de conductivité thermique. Il est toujours mentionné sur l’emballage. Plus le lambda est petit et plus l’isolant est performant. Pour obtenir une même capacité d’isolation, il faudra donc une plus faible épaisseur d’un isolant à faible lambda.

Un matériau isolant n’est pas de moins bonne qualité parce que son lambda est plus élevé. Simplement, il faudra en appliquer une plus grande épaisseur pour compenser.

Voici les coefficients de conductivité thermique lambda (λ), exprimés en W/mK (watts par mètre fois Kelvin) de quelques isolants :

  • Polyuréthane 0,023 à 0,032 W/mK
  • Laine de verre 0,032 à 0,040 W/mK
  • Polystyrène extrudé et expansé 0,029 à 0,042 W/mK
  • Liège 0,038 à 0,040 W/mK
  • Flocons de papier 0,039 W/mK
  • Perlite-Vermiculite 0,051 à 0,053 W/mK

En pratique, 7 à 9 cm de polyuréthane isolent autant que

  • 9 à 12 cm de laine de verre ou de polystyrène
  • 13,5 cm de liège
  • 42 à 70 cm de béton cellulaire
  • 60 cm de bois
  • 300 cm de briques pleine

On voit donc qu’un mur massif non isolé, même très épais, n’apporte aucun avantage en isolation.

Isoler coûte moins cher que tout autre investissement énergétique et rapporte immédiatement. C’est en outre un travail que l’on peut faire soi-même, ce qui diminue encore son coût. Enfin l’isolation est subsidiée par des primes qui améliorent encore sa rentabilité économique.

La ventilation est le pendant absolument indispensable de l’isolation. Autrefois, les maisons se ventilaient naturellement par les fuites aux portes et aux fenêtres. Une maison isolée selon les critères actuels est très étanche à l’air. Or toutes les activités humaines dégagent de l’humidité. Sans ventilation, une maison très bien isolée connaîtra immanquablement des problèmes d’humidité :

  • condensation
  • apparition de moisissures
  • dégradation des papiers peints, plafonnages et peintures
  • apparition d’allergies et de problèmes respiratoires chroniques chez les occupants.

Ne ratez pas nos nouvelles questions

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque mois des infos pratiques sur l'énergie.

En savoir plus sur ce sujet dans les dossiers suivants

Vous trouvez cet article intéressant ?
Comment améliorer cet article ?
Conseils pour économiser de l'énergie!