Tout sur l'énergie à Bruxelles. Une initiative de Sibelga
fr menu
Logo energuide

Comment lire les étiquettes énergie des ampoules ?

L’emballage de toutes les ampoules présente désormais obligatoirement une « étiquette énergie ». Cette étiquette vous donne les caractéristiques de l’ampoule dans les domaines suivants :

  • efficacité énergétique (lettre de l’alphabet) : il existe 7 catégories, de A (ampoules les plus performantes) à G (ampoules les moins performantes) ; 
  • flux lumineux (en lumens) : le chiffre à consulter pour connaître la quantité de lumière diffusée par l’ampoule ;
  • puissance (en watts) ;
  • durée de vie (en heures) : sachez qu’une ampoule est utilisée en moyenne 1000 heures par an (environ 3 heures par jour).

L’emballage fournit également d’autres informations utiles sur l’ampoule, comme ses dimensions, la couleur de sa lumière, son temps d’allumage, etc.

Une étiquette et quelques promesses

Au départ, l’étiquette énergie a été mise en place par l’Union européenne pour classer les appareils électroménagers. Elle s’étend aujourd’hui à de plus en plus de domaines : les ampoules électriques, les téléviseurs, les bâtiments, les voitures, etc. L’objectif est de vous permettre de privilégier les appareils qui consomment moins d’énergie et qui coûteront moins cher pendant leur durée de vie.

Des infos sur l’étiquette énergie…

Explications sur l'étiquette des ampoules

Voir l'image en grand

L’information la plus visible, grâce à sa grande lettre et à son dégradé de couleurs, c’est la classe énergétique de l’ampoule. Les meilleures appartiennent à la catégorie A, les moins bonnes à la classe G. Autrement dit : les A sont plus performantes parce qu’elles consomment moins d’énergie que les autres pour fournir la même quantité de lumière.

Typiquement, les lampes se classent en catégorie (1):

  • les lampes fluocompactes: catégorie A ou B ;
  • les lampes halogènes en catégorie D ;
  • les lampes à incandescence, en catégorie E ou F.

Sous la catégorie énergétique, vous trouvez aussi 3 chiffres et 3 unités :

  • lumens (lm), la quantité de lumière émise (2) par l’ampoule : plus le chiffre est grand, plus l’ampoule émet de lumière pour la même consommation électrique. Ne vous fiez donc plus aux watts pour choisir votre ampoule, mais aux lumens ! Pour vous aider, sachez qu’une ampoule à incandescence de 100 W émettait 1300-1400 lm tandis qu’une ampoule de 25 W émettait 220-230 lm ;
  • watts (W), la puissance électrique (3) absorbée. Elle donne une indication de la consommation : plus une lampe est puissante, plus elle consomme d’électricité. Par exemple une lampe de 13 W consommera 0,013 kWh (kilowattheures) toutes les heures.
  • heures (h), la durée de vie (4) : tenez compte du fait que 1000 h correspondent environ à une année d’utilisation.

A côté de l’étiquette énergie, l’emballage de l’ampoule présente d’autres renseignements utiles pour faire votre choix :

  • millimètres (mm), les dimensions de l’ampoule (5) : tant la longueur (soquet compris) que le diamètre sont mentionnés. Ainsi, vous êtes sûr que l’ampoule est adaptée à votre luminaire ;
  • kelvins (K), la « température de couleur » (6) :  elle vous renseigne sur la couleur de la lumière.
    • Une température basse (moins de 4000 K) indique une lumière chaude.
    • Une température élevée (plus de 5300 K) indique une lumière froide ;
  • secondes (sec.), le temps d’allumage (7) :  c’est le temps nécessaire à l’ampoule pour atteindre 60 % de son rendement lumineux.
  • le nombre de fois où l’ampoule peut être allumée ou éteinte (8) ;
  • la capacité de l’ampoule à fonctionner avec un variateur d’intensité lumineuse (9).

 

 

Et les critères écologiques ?

Si l’étiquette énergie vous informe sur les performances énergétiques de l’ampoule que vous achetez, il ne vous dit rien sur son impact environnemental. Vous en saurez un peu plus en vérifiant si l’ampoule porte l’écolabel (une fleur bleue et verte aux pétales en forme d’étoiles). Ce label européen garantit des produits qui ont un moindre impact environnemental et qui sont sûrs et fiables à l’emploi. Attention, cette labellisation est volontaire, ce qui veut dire que le produit respecte les critères écologiques fixés, mais pas forcément qu’il est le plus écologique du marché (d’autres produits qui ne portent pas le label peuvent être tout autant, voire plus écologiques).

Ne ratez pas nos nouvelles questions

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque mois des infos pratiques sur l'énergie.

En savoir plus sur ce sujet dans les dossiers suivants

Vous trouvez cet article intéressant ?
Comment améliorer cet article ?
Conseils pour économiser de l'énergie!